La nouvelle vague des enseignements alternatifs

Hegemon

L’enseignement national, tant envié dans certains pays étrangers, ne semble plus ravir l’affection des Français. En 2016, seul un tiers de la population avait une opinion favorable de l’Education Nationale. Classes surpeuplées, programmes politiquement chargés, absentéisme chronique, postes vacants, sécurité… nombreux sont les motifs pour lesquels certains parents vont chercher ailleurs une qualité pédagogique. Mais une passion naissante chez l’enfant peut aussi justifier cette bascule.